Aller au contenu principal

Une stratégie résiliente pour répondre à l'urgence et préparer l'avenir

Aujourd’hui, face à la raréfaction des ressources, la fragilisation de la biodiversité, la consommation de masse, les changements environnementaux et les risques de conflits qui en découlent, personne ne peut plus nier les conséquences globales de notre façon de vivre, de produire, de nous déplacer, de consommer, sur l’avenir de notre planète.

À l’heure où les Girondines et les Girondins subissent déjà les effets de changements dans leur quotidien tels que canicules, tempêtes, inondations, de plus en plus fréquentes, les élus du Département engagent des changements radicaux. Collectivité des solidarités territoriales et humaines, le Département reste un acteur de proximité, capable de mobiliser les moyens pour anticiper ces mutations.

Ainsi, le 24 juin 2019, l’Assemblée départementale initiait une réflexion sur la stratégie girondine d’adaptation urgente aux changements environnementaux et sociétaux, impliquant la collectivité, ses partenaires, les acteurs locaux, ainsi que les citoyens dans sa co-construction.

À travers cette démarche, il s’agit d’anticiper et de préparer le territoire girondin aux chocs futurs possibles, à toutes les échelles (locales, nationales, planétaire). Il s’agit aussi de continuer à accompagner les individus et les territoires les plus vulnérables en considérant que les crises climatiques, économiques ou politiques les exposent en premier lieu.

Malgré une prise de conscience croissante des risques auxquels l’humanité s’expose, les réponses à apporter supposent encore le changement de nombreux modèles ; de nos représentations et de nos habitudes.

Qu’est-ce que la résilience ?

À l’origine la résilience désigne la résistance d'un matériau aux chocs ; (le « fait de rebondir », du latin resilientia). Cette définition a ensuite été étendue à la capacité d'un corps, d'un organisme, d'une espèce, d'un système, d'une structure à surmonter une altération de son environnement.

Pour un individu, la résilience est la capacité à faire face à une situation difficile ou génératrice de stress. En psychologie, le concept de résilience, est introduit en France par Boris Cyrulnik dans les années 90.

Ce concept est ainsi utilisé dans plusieurs contextes.

Qu’est-ce qu’un territoire résilient ?

La résilience territoriale, c’est s’adapter aux changements radicaux, environnementaux et sociétaux, qui s’annoncent. Elle repose sur plus de solidarités entre nous, plus de sobriété dans nos habitudes de consommation et un rapport plus humble à la nature. Elle est une chance à saisir pour la Gironde.

 

  • des signaux d'alerte

    ouvrir
    fermer

    Des signaux d’alerte, fortement perceptibles à l’échelle planétaire, sont aussi visibles à l’échelle de la Gironde.

    À titre d’exemples :

    • Les espèces animales et végétales se raréfient (telles que les abeilles ou les oiseaux dont les chercheurs estiment une perte de population de 30% d’ici 15 ans) et certaines espèces invasives prolifèrent tels que le silure, la grenouille taureau, le moustique tigre, le teinturier ou encore la jussie.
    • Les réserves en eau s’amenuisent et produisent une tension forte sur les usages ; des épisodes de restriction plus sévères ne sont pas à exclure en Gironde.
    • Les catastrophes naturelles ont des conséquences désastreuses sur nos territoires, les tempêtes de 1999 ont détruit 40 000 Ha de forêts en Gironde.
    • La grêle et les épisodes de gel qui désormais, conjugués au réchauffement climatique ayant un impact sur la précocité des bourgeons des vignes, créent des dommages sans précédent pour les viticulteurs.
    • Le trait de côte recule. Selon l’observatoire de la côte Aquitaine, à l’horizon 2025 la Gironde aura perdu 10,9km² du littoral de côte sableuse, produisant des difficultés humaines importantes.

    Aujourd’hui, il est encore temps d’agir, de multiplier les solutions et d’accroître nos efforts afin d’inverser la tendance et de créer les conditions d’un avenir acceptable pour le plus grand nombre. Comment agir ?

  • UN DÉPARTEMENT EXEMPLAIRE EN TERMES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

    ouvrir
    fermer

    15 années d’expérience dans le développement durable avec l’agenda 21

    Pour se donner, ainsi qu’à ses habitants, plus de capacité à anticiper les risques, à les atténuer ou encore à réagir à d’éventuels chocs, la Gironde bénéficie de nombreuses avancées mises en œuvre par l’Institution ces 15 dernières années, et notamment depuis le lancement de son Agenda 21.

    L’identification et l’accompagnement des initiatives locales de résilience a ainsi été au cœur des Trophées Agenda 21 en 2019.

    En savoir plus

    Ainsi, grâce à l’ensemble des actions mises en œuvre, le Département lance une stratégie d’adaptation urgente aux changements écologiques et sociétaux, avec l’implication de tous : ses partenaires, les acteurs locaux, et les citoyens.

    Un savoir faire reconnu

    Par ailleurs, depuis 2012, le Département fait évaluer sa responsabilité sociétale par l’AFNOR via le modèle « AFAQ 26 000 collectivités ». Cette stratégie d’amélioration continue des pratiques de la collectivité, fait l’objet d’un suivi régulier. Son résultat est publiée tous les ans dans le rapport de développement durable qui situe la contribution de la Gironde par rapport aux 17 objectifs mondiaux de développement durable. L’implication volontaire de notre institution est reconnue au plan local comme au plan national. En 2019 elle situe le Département de la Gironde au niveau « Exemplaire ».

    Action phare : Le Plan d’accès départemental de l’habitat inclusif

    • Mise en oeuvre du plan pour le libre choix d’un nouveau chez soi.
    • Début 2019, le Département s’est engagé dans une démarche Territoire 100% Inclusif, avec une démarche collaborative et participative nécessitant l’adaptation de la société. Une société inclusive dépasse le champ du handicap, c’est une société de la diversité, dans laquelle chacun, avec sa singularité, contribue à construire en commun.
    • Après deux rencontres participatives sur les priorités girondines et les rendez-vous des Conseils de Territoire sur les lieux de vie, l’année 2020 verra la mise en œuvre du Plan d’accès départemental de l’habitat inclusif, pour le libre choix d’un nouveau chez soi. Le logement doit être conçu comme un moyen de l’autonomie des personnes et une condition de participation à la vie de la cité. Ce plan est le fruit d’une collaboration habitat, social, soin handicap, culture et sport, mais aussi des projets portés par les personnes concernées.

    En savoir plus

    Vote d’un budget de 1,87 milliard d’euros pour les Girondines et les Girondins

    Le Budget primitif 2020 voté le 16 décembre 2019 – à hauteur de 1,87 milliard d'€ dont près de 260 millions dédiés à l'investissement – s'inscrit dans cette logique. Outre les évolutions des politiques publiques qui apportent des adaptations significatives des outils et dispositifs, il propose une feuille de route pour déployer sa stratégie de résilience territoriale face aux enjeux environnementaux et sociétaux.

    En savoir plus

  • Faire ensemble

    ouvrir
    fermer

    Prendre conscience des risques de déstabilisation de nos environnements naturels, économiques et sociétaux, n’implique pas la résignation. En nous obligeant à inventer des solutions nouvelles, fondées notamment sur l’engagement, le partage ou la sobriété, notre époque, en apparence anxiogène, crée de réelles opportunités de vivre mieux individuellement et collectivement dès à présent. Le Département se mobilise à travers ses politiques et sur les territoires pour sensibiliser les Girondines et les Girondins à la nécessité et aux possibilités de faire ensemble autrement. Aussi, dans le cadre de ses compétences, il accompagne dans la recherche de solutions celles et ceux qui sont inscrits dans une dynamique de changement.

    Les Conseils de Territoire

    La 9e série de conseils de territoire a été organisée à l’automne dernier sur l’ensemble du département, impliquant la participation de collectivités, de parties prenantes et des habitants. Ces rencontres ont fait leur preuve en matière de solutions collectives à des problèmes posés et en matière d’innovation. Elles sont riches en échanges et permettent de faire remonter de nombreuses idées, d’identifier les acteurs ou encore de mutualiser des initiatives.

    En 2020, la prochaine série de conseils (fixée en mai et juin) sera ainsi axée sur la résilience territoriale.

    En savoir plus

    Un panel citoyen

    Fin 2019, un panel de citoyens a été réuni pour définir, lors de plusieurs rencontres, des solutions pour atténuer et anticiper les changements environnementaux et sociétaux qui s’annoncent. Ce panel va nourrir la réflexion des élus concernant les pistes d’actions départementales à mettre en œuvre pour accompagner le processus de prise de conscience et d’adaptation. Parmi les axes de réflexion prioritaires retenus : l'agriculture, la santé, l'alimentation, l'éducation, l'éco-psychologie, les changements de comportements, le logement et le transport.

    En savoir plus

    Un budget participatif pour l’avenir des jeunes

    Le budget participatif est un dispositif de participation citoyenne au service de l’implication des jeunes girondins, pour des projets de transformation écologique et sociale.

    2 millions d’euros vont être consacrés à des projets d’investissement, proposés et choisis par les habitants, puis financés et réalisés par le Département.

    Afin d’encourager et de valoriser l’engagement des jeunes pour l’adaptation aux défis climatiques et sociaux, ce budget participatif girondin leur est dédié.

    Cette expérience inédite en France, s’inscrit dans une logique d’expérimentation, de mise en responsabilité des jeunes pour inventer, créer et mobiliser autour de projets de transformation des territoires de la Gironde vers des modes de vie plus solidaires, plus sobres, et porteurs de sens.

    En savoir plus

    De nouvelles pratiques

    De nombreux savoir-faire locaux et de nombreuses expérimentations ont été valorisées par le Département afin d’aborder le monde différemment. En Gironde par exemple, le film « Ici et maintenant, la Gironde s’invente » illustre ces talents girondins.

     

    Solutions solidaires, 2e édition

    Après avoir mobilisé plus de 1 000 personnes lors de sa première édition l’année dernière, le Département lance un second rendez-vous les 5 et 6 février prochains au Rocher Palmer à Cenon. Ces rencontres permettent de valoriser des expériences et des innovations de terrain en soutenant des initiatives solidaires. Cette manifestation est éco-solidaire, puisque organisée en « zéro déchet » et via les circuits courts. Elle aura pour thème « Affronter l’urgence, changer d’échelle : la fabrique écologique et solidaire des territoires ».

    En s’appuyant sur l'action des territoires et de leurs acteurs, et au premier rang des Départements, en mettant en valeur et en accompagnant les innovations et expérimentations solidaires, en réconciliant le local et le global dans une fabrique et un forum rassemblant les trois écosystèmes du social, du territorial et des idées, solutions solidaires veut participer au récit social des transitions que vivent nos sociétés.

    Par ailleurs, une association Solutions Solidaires sera créée à l’initiative du Département de la Gironde.

    Elle visera à faire vivre un espace d’échanges autour des innovations, expérimentations et solutions solidaires issues de nos territoires, et constituera un lieu de soutien et d’animation de la démarche générale et de ses outils dans son aspect territorial.

    En savoir plus

    Protéger les plus vulnérables

    Un plan de prévention et de gestion de la canicule sera expérimenté sur un territoire avec les plus fragiles, en particulier les personnes âgées.

    Parmi les actions déployées en 2020 : la proposition au gouvernement d’expérimenter un revenu universel d’activité girondin et l’expérimentation d’un garage citoyen mobile en Sud Gironde.

    Au niveau de l’insertion, le Département affiche l’objectif ambitieux : « Zéro personne non accompagnée » d’ici 2030.

    Vers des communes 100% résilientes

    Cette année, la politique d’aides aux communes et aux structures intercommunales fera l’objet d’une réflexion profonde, l’objectif étant des règlements d’intervention 100% résilients d’ici 2030.

    Dès 2020, afin d’accompagner les territoires, le Département proposera un « kit de résilience territoriale » pour les collectivités girondines.

    Soutenir la vie associative

    Au sein des associations, s’inventent les nouvelles manières de décider et d’agir, de vivre et d’être ensemble, contribuant à renforcer la capacité des territoires à anticiper les chocs et à en atténuer la portée pour s’adapter aux bouleversements à venir. La politique de soutien aux associations girondines entend favoriser l’action de ces acteurs locaux dans la stratégie de résilience territoriale.

    Le Département veillera à inciter les porteurs de projet à améliorer les performances énergétiques des équipements associatifs. Dans le cadre du Schéma départemental des équipements sportifs, il soutiendra la performance énergétique dans la réhabilitation des équipements. Le Département favorisera également la prise en compte de la biodiversité dans les projets étudiés au titre de la Commission Départementale des Espaces, Sites et Itinéraires.

    À l'horizon 2030, l’objectif est d’aller plus loin encore dans l’accompagnement et la promotion du bien-être de tous à travers une politique sport-santé.

    Enfin, dans un souci de cohérence et d’exemplarité, le Département souhaite, que 100% des manifestations qu’il soutiendra soient en zéro déchet.

    Action phare : Le plan d'action santé (prévu pour 2020)

    Ce plan intègre une réflexion globale sur les parcours de vie, le développement personnel et la qualité environnementale. Il ne s’inscrit donc pas dans une dimension exclusivement sanitaire.

    Il se décline en 3 priorités : l’accès à la santé pour tous, la participation des citoyens, et la coordination des acteurs de santé sur les territoires de vie.

    Gérer les risques

    Le programme départemental sur les risques vise à réduire la vulnérabilité des services départementaux et des territoires, à anticiper et savoir réagir en cas de situation de crise, à assurer des missions d’information, de prévention et de sensibilisation et à accompagner les territoires pour optimiser leurs actions.

    Le Plan de Continuité d’Activité (PCA) permet plus précisément à notre collectivité d’anticiper les risques, de maintenir la continuité du service public, d’assurer la sécurité des agents et des usagers, d’accompagner les territoires vers un retour à la normale, pour tout évènement pouvant dépasser le fonctionnement ordinaire des services départementaux. Opérationnel depuis novembre 2018, l’animation de la démarche se poursuit en 2020 afin d’assurer la pérennité de l’outil et son efficacité en cas de crise.

    Dès 2020, pour permettre aux territoires, et en particulier aux intercommunalités, d’anticiper et de se préparer au mieux à des événements graves, tels que des catastrophes naturelles ou des accidents de grande ampleur directement liés à l’activité humaine (industriels, de la route…), le PCA leur sera proposé au titre de l’ingénierie départementale.

    Toujours en 2020, un règlement d’intervention d’aide aux territoires précisera la mobilisation des moyens départementaux (humains, matériels, financiers) pour accompagner ces derniers en cas de sinistre. Le Département lancera par ailleurs un appel à projets centré sur l’innovation en matière de résilience territoriale.

    Diminuer l’impact écologique du numérique

    Le Département prend en compte le choc de la transformation sociétale due à sa généralisation intense et rapide à travers l’aménagement du territoire, l’adaptation des outils et en accompagnant les nouveaux usages numériques. Il participe également à la prévention du risque du choc climatique en travaillant sur la réduction des gaz à effet de serre : recyclage des déchets électroniques, réduction des impressions papier, dématérialisation, mutualisation des systèmes d’information… De nombreuses autres actions, telle que l’acquisition de serveurs « green » visent à diminuer l’impact écologique du numérique au sein de la collectivité.

    Dès 2020, afin de prévenir le risque fort de cyber-attaques, le Département mettra en œuvre un Schéma Directeur de la Sécurité de son système d’information.

    Acheter résilient

    Le Département a souhaité inscrire l'achat public dans sa stratégie de résilience territoriale via plusieurs leviers : la systématisation croissante des dispositions environnementales dans les marchés lors de la définition de critères de choix, l'exécution des marchés via des circuits courts de commercialisation dans le domaine des produits agricoles et d’économie circulaire dans le domaine de la voirie et du traitement des déchets, la mise en œuvre des leviers de performance économique notamment par la démarche coût cycle de vie ou la négociation, la recherche d’innovation par le sourcing orienté sur le territoire et l'expérimentation de solutions innovantes en vue de déployer ces nouvelles technologies à plus grande échelle.

    Lutter contre les précarités

    Une attention particulière est portée aux conditions de vie des personnes en difficulté en encourageant des modes de consommation bons pour la santé et respectueux de l’environnement.

    Ainsi, dès 2020, plusieurs épiceries sociales et solidaires bénéficieront de circuits courts de qualité. Et d’ici 2030, elles devraient toutes bénéficier de produits issus des circuits-courts et relevant d’une agriculture aux pratiques vertueuses.

    30 ans d’engagement citoyens des jeunes

    À l’occasion des 30 ans du Conseil Départemental des Jeunes, une dizaine de collèges sera soutenu sur des projets axés « citoyenneté et environnement ».

    Par ailleurs, en lien avec l’Éducation Nationale, un travail sera mené par le Département avec les éco-délégué(e)s nouvellement élu(e)s au sein des collèges.

    En savoir plus

  • Un réflexe de survie

    ouvrir
    fermer

    Comment pourrons-nous respirer, boire, manger, nous déplacer et continuer à habiter la Gironde demain ? Pour sensibiliser les Girondines et les Girondins, le Département lance une campagne de communication très visuelle, autour de ces 3 enjeux vitaux - vecteurs d’engagement et de solidarité résiliente - pour lesquels, la collectivité mène des actions ou développe des projets.

    • Respirer
      ouvrir
      fermer

      Préserver le patrimoine naturel

      La compétence départementale en matière d’Espaces Naturels Sensibles est un levier important pour mettre en œuvre la transition écologique. Le Département de la Gironde porte des ambitions fortes en matière de reconquête de la biodiversité, de préservation des paysages et des milieux naturels, de protection des milieux aquatiques et des zones humides, de demande sociale d’accès à des espaces naturels ou encore de sensibilisation et d’éducation à l’environnement.

      Pour aller encore plus loin face à ce défi majeur en 2020, il est notamment proposé le lancement de deux chantiers emblématiques :

      D’une part, le Département accélèrera la mise en œuvre de la stratégie foncière relative aux Espaces Naturels Sensibles, dont l’action phare est le déploiement des groupes fonciers locaux sur l’ensemble du territoire.

      D’autre part, la collectivité départementale s’engagera dans la démarche « Connaître, Eviter, Réduire, Compenser, Accompagner ».

      Action phare : La démarche « Connaître, Eviter, Réduire, Compenser, Accompagner » (CERCA)

      Son objectif est d’éviter les atteintes à l’environnement, de réduire celles qui n’ont pu être suffisamment évitées et, si possible, de compenser les effets notables qui n’ont pu être ni évités, ni suffisamment réduits.
      Cette démarche s’applique aujourd’hui à tous les projets, plans et programmes soumis à évaluation environnementale. Le Département a fait le choix ambitieux d’optimiser la séquence aux projets départementaux et d’accompagner les territoires.

      Les défis du Département sont de développer une maîtrise d’ouvrage exemplaire, de coordonner les compensations avec la politique en faveur des Espaces Naturels Sensibles, de prévenir une concurrence à la compensation et de favoriser la résilience du territoire par la nature. Ce scénario sera étudié en 2020.

      Limiter l’étalement urbain

      Le département de la Gironde fait face à un défi majeur pour répondre à la fois aux besoins en logements, équipements et infrastructures d’une population grandissante, tout en préservant ses espaces naturels, agricoles et forestiers. De ce fait, la coordination foncière constitue pour le Département un enjeu de cohérence et d’efficacité de son action, et de celle de ses partenaires, dans une logique de limitation de l’étalement urbain et de la consommation foncière.

      En 2020, pour renforcer la coordination foncière départementale en lien avec la stratégie de résilience, une convention sera élaborée entre le Département, la SAFER Nouvelle Aquitaine, l’EPFNA et le Conservatoire du Littoral.

      Participer aux Assises énergétiques

      Le Département de la Gironde sera présent aux Assises Européennes de la Transition Energétique qui se dérouleront du 28 au 30 janvier 2020 à Bordeaux, pour présenter les enjeux de la transition énergétique du territoire girondin. Il présentera plusieurs de ses actions majeures et se place comme coordinateur de ce changement fondamental.

      En savoir plus

      Maîtriser l’énergie

      Le Département favorise les économies d’énergie grâce à plusieurs dispositifs novateurs tels que Cocon 33 pour les collectivités, et le Service Local d’intervention pour la maîtrise de l’énergie pour les particuliers (SLIME).

      En 2020, face aux situations de précarité énergétique, le Service Local d’intervention pour la maîtrise de l’énergie sera déployé sur l’ensemble du territoire girondin hors Métropole.

      En savoir plus

      Doter l’habitat et l’urbanisme en énergie renouvelable

      Le développement d’outils et d’expérimentations innovantes participe d’un mode de vie plus résilient en termes de cohésion, de mutualisation, de partage, de gestion de l’espace, d’équilibre des territoires, d’accès aux services ou, entre autres exemples, de consommation d’énergie responsable.
      Ainsi, le Département souhaite que dans dix ans, il soit possible de doter les habitats sociaux en énergie 100% renouvelable.
      En 2020, les fabriqu’cœurs d’habitats s’orienteront de manière généralisée sur les énergies renouvelables et fatales.

      Diminuer l’empreinte carbone des chantiers

      Le Département développe, sur le long terme, des actions pour diminuer l’empreinte carbone des chantiers d’infrastructures. En recourant notamment à l’innovation technique, il utilise dès que possible des techniques routières adaptées au changement climatique, cherche à préserver les ressources naturelles non renouvelables, à favoriser les circuits courts.

      À l'horizon 2030, le Département se fixe comme objectif d’intégrer les possibilités d’amélioration du report modal pour tout nouvel aménagement d’infrastructure.

      En 2020, des solutions alternatives à la voiture seront identifiées sur deux routes départementales en bord de littoral et de rivière.

      Réduire la consommation énergétique du patrimoine

      Durant les années à venir, le Département continuera à rechercher la réduction de l’impact environnemental des constructions nouvelles ou des réhabilitations. Il poursuivra ses efforts en termes de déploiement de solutions alternatives à la climatisation (rafraichissement adiabatique, ventilation nocturne, stockage de froid dans les murs…).

      En termes de production énergétique, le recours à l’énergie fatale expérimentée pour le pôle de solidarité de Bordeaux sera dupliqué avec des adaptations techniques dans d’autres bâtiments.

      De plus, chaque opportunité d’installation de panneaux photovoltaïques sur les aires de covoiturage et les toitures de bâtiments départementaux continuera d’être saisie (à l’image des ombrières de l’aire de Saint-André-de-Cubzac qui seront installées courant 2020, des futurs CRD-CE de Saint-Martin-Lacaussade et centres d’exploitation de Cestas et de Saint-Avit-Saint-Nazaire qui seront livrés fin 2020 ou encore du futur pôle territorial des solidarités de Langon dont les travaux débuteront fin 2020).

      En 2020, le Département expérimentera à des fins de généralisation des techniques de construction faisant appel à des ressources locales (matériaux bio-sourcés et solutions naturelles) et permettant de traiter le confort d’hiver et d’été.

      Action phare : Plan collèges 2024 : des collèges nouveaux ou réhabilités respectueux de l’environnement

      Dans 5 ans, la Gironde comptera environ 10 000 collégiens supplémentaires. Ainsi d’ici 2024, 12 nouveaux collèges seront construits et 10 autres rénovés. Tous seront construits et restructurés aux normes Haute Qualité Environnementale, dans le prolongement de la politique énergétique menée depuis plus de 10 ans.

      Ambition 2024 prévoit d’aller plus loin : tous les nouveaux bâtiments seront à énergie positive.

      En savoir plus

      Repenser ses déplacements

      Le Département agit pour favoriser les modes de déplacements alternatifs à l’autosolisme.

      Développer le covoiturage

      Pour réduire les embouteillages et améliorer la qualité de l'air, le Département a adopté dès 2017 un plan de relance triennal « Covoiturage acte II », financé à hauteur de 2,5 millions d'euros. L'objectif de ce plan est de favoriser ce mode de déplacement par la mise à disposition auprès des usagers d’aires de stationnement disposant d’un accès sécurisé, d’un équipement adapté et de connexions multimodales.     

      En savoir plus   

      Aménager les pistes cyclables et sensibiliser les collégiens

      Un chantier transformateur est engagé visant à doter 100% des collèges girondins en infrastructures cyclables sécurisées à l’horizon 2030. Le travail initié en 2019 sur 10 premiers collèges sera poursuivi en 2020. En parallèle, un plan d’actions auprès des collégiens sera développé afin de les accompagner dans l’usage du vélo pour leurs déplacements quotidiens.

      En savoir plus

      Créer des voies partagées

      En 2020, une autre action forte en termes de mobilité consistera en la mise en œuvre d’une voie dédiée au transport en commun et au covoiturage sur la RD 936, dans le cadre de la construction du contournement de Fargues-Saint-Hilaire.

      Au niveau environnemental, le Département mène également des actions de sensibilisation des jeunes à l’environnement. En savoir plus

      Il organise aussi des temps forts comme la Fête de l’arbre qui aura lieu en mars prochain. Pour sa seconde année, le Département met à l’honneur cette journée en explorant les enjeux et les liens entre les arbres et les êtres humains. Parce que l’urgence climatique et la préservation des forêts primaires sont devenues des enjeux planétaires, des rencontres seront proposées avec trois représentants de peuples indigènes. Sous l’angle du bien-être planétaires, avec des représentants de peuples indigènes. Rendez-vous le 20 mars à Bordeaux, le 21 à Audenge au domaine de Certes et Graveyron, et le 22 mars au domaine d’Hostens. De nombreuses rencontres auront lieu également avec les scolaires lors de cette semaine.

      En savoir plus

    • Boire
      ouvrir
      fermer

      Préserver et gérer les ressources en eau

      Parce que l’eau est un bien commun et un élément vital, le Département s’engage pour sa préservation en fédérant les acteurs et en les engageant dans un plan d’actions autour d’une vision partagée.

      Le Schéma stratégique de l’Eau Potable permettra une vision claire et partagée des objectifs dans les années à venir. Un des grands défis du Département consistera en effet de garantir l’accès à la ressource en eau (qualité, distribution et prix) pour les collectivités et les habitants.
       

      Action phare : Création du Conseil Départemental de l’eau

      En 2020, le Département continuera d’accompagner la modernisation des services publics de l’Eau et de partager les enjeux autour de l’eau avec ses partenaires via le Comité Départemental de l’Eau.

      Surveillance des nappes profondes, veille de la qualité de l’eau avec le laboratoire départemental d’analyses, entretien des cours d’eau et rivières, sont autant d’actions de préservation de l’eau en Gironde.

      En savoir plus

    • Manger
      ouvrir
      fermer

      Soutenir exclusivement une agriculture de qualité

      En 2020, à travers le soutien aux filières de production, le Département souhaite conforter son rôle d’acteur de proximité auprès du monde agricole en fléchant prioritairement ses actions à l’accompagnement et à l’adaptation face aux enjeux du changement climatique pour une plus grande agriculture de qualité, respectueuse de l’environnement et de la santé humaine.

      Dès 2020, 100% des agriculteurs aidés par le Département seront engagés vers des pratiques vertueuses.

      Par ailleurs, le Département s'engage à développer un programme d'actions spécifique sur l'alimentation.

      Action phare : Gironde Alimen’ Terre :

      Ce projet vise à accompagner tous les Girondins à mieux manger, à manger local, et à permettre aux agriculteurs de vivre de leur travail, tout en préservant l’environnement. Il prévoit que le Département soutienne exclusivement les viticulteurs et agriculteurs qui entrent dans ce type de démarche.

      Ce projet porte sur les volets production et consommation et développe des actions spécifiques selon quatre axes :

      • développer le foncier agricole responsable pour des projets respectueux de l'environnement et de la santé humaine,
      • accompagner l'agriculture biologique et les démarches environnementales en agriculture,
      • soutenir et valoriser les circuits courts afin de permettre l’accès de toutes et tous à une alimentation locale et de qualité,
      • déployer l'approvisionnement de qualité au sein du Département.

      Sensibiliser les collégiens

      Le Département s’engage en termes de sensibilisation des collégiens aux enjeux environnementaux afin de les encourager notamment à mieux manger et moins gaspiller, et plus globalement à prendre conscience des enjeux environnementaux. Concernant les bâtiments, le Département poursuit les efforts entrepris depuis de nombreuses années pour en réduire l’empreinte carbone.

      D’ici 2030, l’objectif poursuivi est que 100% des collèges soient labellisés bio-engagés, dont 20 le seront en 2020. Durant l’année, l’expérimentation d’un collège 0 déchet sera mise en œuvre et l’appel à projet « un collège = un potager » sera lancé.

      En savoir plus