Plan de mobilité du Médoc

Le Département travaille à conforter la RD1215 dans son rôle d'axe structurant pour la desserte du Médoc. Plusieurs opérations sont engagées, qui visent à réduire et surtout fiabiliser le temps de parcours entre la métropole et la pointe du Verdon, c'est à dire à faire disparaître les phénomènes de saturation. Ces aménagements ont également vocation à améliorer la sécurité des usagers de la RD1215 ainsi que le cadre de vie des riverains en sortant le trafic de transit des zones urbanisées.

Les RD1215, 1215e1 et RD1 constituent l’axe structurant de desserte du Médoc, reliant la métropole bordelaise à la pointe du Verdon. Le trafic l’empruntant s’établit à environ 20 000 véhicules par jour à la sortie de la métropole et décroit progressivement jusqu’à 7 000 véhicules par jour au nord de Lesparre et 2 000 véhicules par jour en arrivant au Verdon. Cet itinéraire a fait l’objet de plusieurs réalisations par le passé, comme les contournements de Castelnau et Saint Laurent, ainsi que plusieurs créneaux de dépassement à 2X2 voies. Toutefois l’aménagement de cet axe reste incomplet : ses caractéristiques sont hétérogènes, le trafic continue de traverser les agglomérations de Lesparre-Médoc, Gaillan-en-Médoc et Listrac-Médoc, de nombreux carrefours et accès directs subsistent.

Le Département a engagé un plan de mobilité spécifique pour améliorer la desserte du Médoc, le plan Médoc, portant sur cet itinéraire principal, mais également des itinéraires plus secondaires comme la RD3. Le plan routier du Médoc consiste à adapter les infrastructures existantes aux enjeux de sécurité et de desserte du territoire, en créant des voies nouvelles lorsqu’elles sont nécessaires ou en modernisant les voies existantes. Il constitue un ensemble d’opérations réalisables à court et moyen termes, qui sont ou seront élaborés en étroite concertation avec l’ensemble des acteurs des territoires traversés afin de répondre au mieux aux enjeux locaux.

Retrouvez tous les détails des grandes étapes du Plan Médoc ci-dessous :

  • Déviation Le Taillan-Médoc
  • Mise à 2x2 voies Arsac/Castelnau-de-Médoc
  • Étude d’Aménagement Castelnau de Médoc/St Laurent
  • Contournement de Lesparre-Médoc

Déviation du Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Le Pian-Médoc et Arsac

ouvrir
fermer

Longue de près de 8 kilomètres, cette nouvelle route attendue depuis 30 ans par l’ensemble du territoire, reliera la route départementale 1215 au Nord du carrefour de Germignan au Taillan-Médoc, à la route départementale 1215 E1 à l’extrémité du créneau à 2x2 voies d’Arsac.

5 giratoires ont été créés dont 3 sur la déviation :

  • au nord de la déviation où la 2x2 voies fait connexion avec la RD1 ;
  • au milieu de la déviation pour desservir la RD 211 ;
  • au sud de la déviation au raccordement avec la RD1215 ;
  • au niveau de Germignan pour desservir l’avenue de la Boétie ;
  • au niveau de l’avenue de la déchetterie sur la RD 1215 à l’est de la passerelle piétons/cycles avec un embranchement pour accéder au lycée Sud-Médoc.

Pour sa réalisation, la RD 1215 a été préalablement réaménagée sur 2 km au sud, au Taillan-Médoc.

Pour permettre de relier les routes existantes, et aussi poursuivre la continuité des routes interrompues par le nouveau tracé, un pont et des passages souterrains ont été également créés.

La nouvelle déviation va porter le nom de la RD 1215 E1. Elle sera limitée à 80 km/h, comme sur l’ensemble des routes départementales de Gironde.

Objectifs de la déviation

La déviation entre Le Taillan-Médoc, St-Aubin-de-Médoc, Le Pian-Médoc et Arsac vise 4 objectifs :

  • désenclaver le Nord Médoc et contribuer à son développement économique en favorisant une meilleure desserte routière avec la Métropole ;
  • abaisser le flux du trafic des camions empruntant le bourg du Taillan-Médoc ;
  • améliorer la sécurité des habitants du Taillan-Médoc. La traversée du Taillan-Médoc, très accidentogène jusque-là, va être fortement améliorée et sécurisée. 35 % de circulation de moins est attendue dans le centre sur les 20 000 véhicules (dont 2 000 camions) qui traversaient la ville quotidiennement.
  • améliorer l'accessibilité aux zones urbanisées de Saint-Aubin-de-Médoc, le Pian-Médoc et Arsac. 25 % de réduction du temps de parcours sont escomptés du giratoire du Médoc jusqu’à Castelnau-de-Médoc, notamment pour les usagers qui se rendent quotidiennement sur la Métropole pour y travailler.

Un long cheminement vers sa création

En 2014, l’aménagement de cette nouvelle voie a fait l’objet de travaux de défrichement et de fouilles archéologiques avant arrêt du chantier suite à l’annulation partielle de l’arrêté de dérogation au code de l’environnement, autorisant la destruction d’habitats d’espèces protégés.

Depuis, durant 7 ans, des études complémentaires ont été menées afin d’évaluer l’impact du projet routier sur le papillon Azuré de la Sanguisorbe. Elles ont permis de déposer auprès des services de l’État, un nouveau dossier de demande de dérogation.

Le 23 mai 2019, le conseil national de protection de la nature (CNPN) a rendu un avis favorable sous conditions concernant cette déviation. Cet avis favorable traduit la bonne prise en compte par le Département des impératifs de protection de la biodiversité, qui va même au-delà des préconisations :

  • Un suivi du chantier par une équipe d'écologues mis en place pendant les travaux et au-delà de la mise en service, a minima sur 30 ans ;
  • Des mesures de compensation ambitieuses : acquisition de parcelles favorables au développement de la biodiversité à proximité du projet ;
  • Des mesures de protection favorisant la continuité des corridors de biodiversité (écopont - ouvrage de franchissement réservé à la faune -, passages à petite faune sous la chaussée), écrans de protection...
  • La mise en place d'un comité de suivi et de gestion : suivi annuel pendant 10 ans puis tous les 5 ans pendant 30 ans.

Le 25 juillet 2019, la Ministre de la Transition Énergétique et Solidaire a émis un avis conforme et un arrêté préfectoral de dérogation à l’interdiction de destruction d’espèces protégées ou d’habitats d’espèces protégées a été signé en septembre 2019.

Un engagement environnemental exemplaire

Conscient de l’importance de la biodiversité, autant que de la nécessité de cette déviation, le Département de la Gironde a mis en place des actions ambitieuses pour réduire autant que possible l’impact des aménagements sur l’environnement.

Une enveloppe de 20% du coût total des travaux y a été consacrée.

La démarche d’évitement, de réduction et compensation de l’impact sur l’environnement

Les inventaires écologiques réalisés dans le cadre des études réglementaires nécessaires à l’obtention de l’autorisation du projet, ont établi un diagnostic de la faune et de la flore au rythme des saisons. Ils ont permis d’intégrer la démarche d’évitement, de réduction optimale puis de compensation de l’impact sur l’environnement.

Une poursuite des inventaires écologiques

Des inventaires complémentaires sont depuis assurés par des experts spécialisés en faune et en flore. Ils sont réalisés sur les sites de compensation et au droit de l’emprise de la route.

Parmi ces suivis, une campagne d’inventaire dite de Capture - Marquage - Recapture a été lancée en 2022 pour améliorer la connaissance de la population de l’Azuré de la Sanguisorbe, espèce de papillon rare et protégée. Cette étude qui nécessite des moyens humains importants (présence d’une équipe d’expert tous les 2 jours sur le terrain pendant 7 semaines) a pu être réalisée à l’aide d’un budget supplémentaire alloué aux mesures environnementales s’ajoutant au budget dédié équivalent à 20% du coût total des travaux.

Éviter les impacts environnementaux

Dès la conception du projet, le Département a cherché à minimiser autant que possible l’emprise du chantier, pour tenir compte des enjeux environnementaux.

La largeur de la route a été diminuée par rapport au projet initial, passant d’une 2x2 voies à une 2x1 voie.

L’espace à imperméabiliser a été ramené à 11,5 hectares seulement, pour – entre autres - préserver au maximum le papillon Azuré de la Sanguisorbe et ses sites d’habitat.

Les modalités d’intervention pendant les travaux ont fait l’objet de mesures établies avec des écologues qui ont encadré le chantier.

Les équipes chantier et contrôleurs du Département ont été sensibilisées aux contraintes environnementales dès la phase préparatoire des travaux. Un écologue a procédé à des visites de chantier régulières à fréquence hebdomadaire à bimensuelle afin d’alerter les équipes sur les dispositions à prendre en matière de gestion des eaux de ruissellement, mise en défens des emprises, stockage différencié des terres ou encore gestion des terres polluées par les espèces exotiques envahissantes.

Des notices ont été transmises et validées par les services instructeurs pour valider les procédés d’intervention et de mise en œuvre des mesures d’atténuation en phase chantier. Une surveillance des dispositifs a été assurée régulièrement à titre préventif.

Une clôture adaptée à la faune a été mise en place et le restera. Des débroussaillages réalisés sur des périodes de moindre enjeu pour la faune. Des campagnes d’arrachage et d’ensemencement ont été organisées à titre préventif et curatif pour limiter le développement d’espèces végétales exotiques envahissantes là où les terres végétales ont été recréées.

Priorité a été donnée à l’ensemencement à partir de graines labellisées Végétal Local garantissant une provenance locale des semences et de fait une meilleure adaptabilité génétique et résistance aux événements climatiques et maladies ainsi qu’une meilleure fonctionnalité écologique.

Réduire les impacts environnementaux

Un certain nombre de mesures de réduction des impacts ont également été mises en œuvre :

  • Zones humides : une base dite « drainante » faite de matériaux perméables a été réalisée sous la route pour ne pas modifier le fonctionnement des zones humides alentour et permettre à l’eau de circuler de part et d’autre.
  • Lutte contre la pollution des eaux de ruissellement : des fossés étanches tout au long des 8 km ont été créés pour collecter les eaux de ruissellement de la chaussée puis les épurer avant de les rejeter assainis dans le milieu naturel.
  • Rétablissement des continuités écologiques : les 10 tunnels hydrauliques souterrains créés tous les 450 m permettront le passage des chauves-souris mais aussi de la faune semi-aquatique. Des haies ont été plantées à côté de ces ouvrages pour y guider les chauves-souris. Chaque tunnel est équipé de banquettes placées en hauteur le long des parois pour permettre le passage de la faune à sec en période de hautes eaux.
  • Création d’un écopont pour permettre le passage de la faune au dessus de la voie. Des écrans en bois hauts de 3 m posés en bord de route sur 1,5 km jusqu’à l’écopont permettront de guider l’Azuré de la Sanguisorbe (espèce de papillon endémique) et se connecter de part et d’autre de la route, de même pour les fourmis et le développement de la sanguisorbe elle-même (plante liée à ce papillon).

Les mesures compensatoires

164 hectares de compensation à l’emprise totale de la route de 54 hectares ont été sanctuarisés. Ils ont été soit acquis par le Département pour 83% des landes et boisements dégradés, soit mises à disposition par convention avec les propriétaires (17%). Elles sont été signées avec les communes du Taillan-Médoc pour 13 ha, de Saint-Laurent-Médoc et du Pian Médoc.

La mise en œuvre des mesures compensatoires est établie par deux gestionnaires désignés en 2020. Le bureau d’études Rivière environnement pour les sites de compensation situés sur les communes de Saint-Aubin-de-Médoc et du Pian-Médoc et Naturalia environnement pour les sites situés sur Avensan.

Le processus de désignation des gestionnaires a été différent pour les sites du Taillan-Médoc et de Saint-Laurent-Médoc sur lesquels des structures locales assureront la mise en œuvre des mesures compensatoires par délégation du Département.

Plus de 50 hectares de plantations de pins maritimes et de feuillus y ont été réalisées.

Derniers travaux réalisés à l’automne 2022 :

  • des piézomètres ont été posés pour suivre les hauteurs d’eau sur les sites de compensation dans le cadre du suivi de zones humides
  • broyage de végétation et abattage réalisés pour la restauration des milieux landicoles
  • étude Capture - Marquage - Recapture sur l'Azuré de la Sanguisorbe

Les calendriers définis tiennent tous compte des périodes de moindre sensibilité écologique et visent ainsi à limiter les perturbations non intentionnelles sur la faune et la flore dans le souci de la bonne application de la stratégie environnementale.

30 ans de plan de gestion

Le Département a élaboré un plan de gestion sur 30 ans, qui vise à améliorer la biodiversité des 164 hectares de terrains de compensation, avec des actions comme :

  • la restauration de landes humides, recréation des mares
  • des actions ciblées de décapage des premiers centimètres de terre pour régénérer le milieu naturel
  • de nouvelles pratiques d’entretien : fauchage en septembre, pour laisser à la sanguisorbe le temps de fleurir et monter en graine entre mi-juillet et mi-août
  • des mesures pour faire évoluer les pratiques de gestion des boisements de manière à conserver des îlots forestiers laissés à leur vieillissement

Au terme des 30 ans de gestion pour accroître leur biodiversité, ces terrains seront intégrés aux 4 200 hectares d’Espaces naturels sensibles (ENS) déjà protégés par le Département de la Gironde.

CALENDRIER des travaux

Les grandes étapes du chantier :

  • 2009-2010 : Travaux du carrefour de Germignan au Taillan-Médoc.
  • 2012 : Aménagement de la section RD 1215.
  • 2014 : Défrichement, fouilles archéologiques. Réalisation d’un pont pour la continuité du chemin du foin.
  • 2019-2020 :
    • Réalisation des 10 passages souterrains hydrauliques pour la faune.
    • Création du passage inférieur pour la continuité du chemin de Courmateau.
    • Fauche préventive sur l’emprise pour empêcher la faune de se réinstaller avant travaux.
  • 2019-2024 : mise en œuvre du plan de gestion des parcelles de compensation.
  • 2020-2021 : Réalisation des terrassements, de l’assainissement et de la chaussée. Construction de 2 giratoires.
  • 2022 : Création de l’écopont pour passage de la faune, des barrières d’orientation du papillon, équipements de sécurité, signalisation, marquage au sol. Réalisation des aménagements paysagers.
  • 26 novembre 2022 : Ouverture officielle de la déviation.
  • Février 2023 : livraison du raccordement Nord à Arsac, pour liaison sur la 2x2 voies.

90% d’entreprises Girondines

Une vingtaine d’entreprises sont intervenues sur la déviation. Elles sont à 90% d’origine Girondine. Près de 260 personnes issues de ces entreprises ainsi qu’une cinquantaine d’agents du département ont travaillé sur le projet, essentiellement en amont sur des études, dans les domaines spécifiques liés notamment à l’environnement et aux routes, ou encore en prévention santé.

15 000 heures d’insertion sociale

Le Département inclut dans tous ses marchés publics une clause sociale d’insertion. Les entreprises qui y répondent doivent faire appel à des personnes en insertion professionnelle : demandeurs d’emploi de longue durée, travailleurs handicapés, jeunes de moins de 26 ans, demandeurs d’emploi de plus de 50 ans…

La déviation a représenté près de 15 000 heures d’insertion sociale.

Les travaux réalisés ont atteint le coût de 46,9 millions d’€, financés à hauteur de 30,7 millions d’€ par le Département, 8,6 par la Région Nouvelle-Aquitaine et 7,6 par l’État.

Inauguration officielle samedi 26 novembre 2022 de 10h à 12h30

Rendez-vous au Gymnase du nouveau collège du Pian-Médoc

1100 Chemin du Luget

Café de l’amitié, visites commentées, animations tout public

Document à télécharger :

Les travaux en images

Retrouvez ci-dessous l'avancement des travaux en images.

Mise à 2x2 voies Arsac/Castelnau-de-Médoc

ouvrir
fermer

Dans le cadre de sa politique d'amélioration des déplacements, le Département de la Gironde a organisé une concertation publique préalable sur le projet de passage à 2x2 voies sur 7km entre Arsac et Castelnau-Médoc, du 30 septembre au 4 novembre 2019.

Le projet

Cette portion de la RD1215 est une des plus accidentogène de cet axe notamment du fait du trafic très important. Les objectifs des travaux envisagés sont le désenclavement, la sécurité et la fluidification du trafic.

La concertation publique

Une réunion publique a eu lieu mardi 1er octobre à Arsac afin d'échanger sur ce projet.

Un formulaire en ligne permettait à chacun de donner son avis et contribuer au projet. Celui-ci est consultable dans les mairies d’Arsac, Avensan et Castelnau-du-Médoc et au siège des Communautés de communes Médoc Estuaire et Médullienne.

Vous pouvez aussi consulter le dossier de concertation ci-dessous.

Bilan de la concertation

Un bilan sera établi à l'issue de la période de concertation et rendu public. Il indiquera de quelle manière chaque observation sera prise en compte dans la poursuite du projet.

Étude d’Aménagement Castelnau-de-Médoc/St Laurent

ouvrir
fermer

Le Département a engagé depuis l’été 2018 les études préliminaires relatives à l’allongement du créneau à 2x2 voies existant sur la RD1215 ainsi que les études d’amélioration de la mobilité autour de Listrac (notamment d’opportunité et de faisabilité d’un contournement).

Ces études comprennent une première phase de diagnostic détaillé du territoire afin de préciser les objectifs de l’aménagement en lien avec les enjeux du territoire. Elles permettront d’étayer plusieurs scénarios d’aménagements qui seront proposés aux acteurs locaux et soumis à la concertation publique.

Contournement Lesparre-Médoc/Gaillan-en-Médoc

ouvrir
fermer

Dans le cadre de sa politique d'amélioration des déplacements, le Département de la Gironde a organisé une concertation publique préalable sur le projet de contournement des agglomérations de Lesparre-Médoc et Gaillan-en-Médoc, du 19 novembre au 21 décembre 2018.

LE PROJET

L'objectif de ce projet vise à améliorer :

  • Le cadre de vie des riverains de la route départementale RD 1215, par la réduction de l’exposition aux pollutions et nuisances sonores et par la modification des usages de la voie existante ;
  • La sécurité des usagers et riverains de la RD 1215 en sortant le trafic de transit des traversées d’agglomérations ;
  • La liaison routière Bordeaux – Le Verdon par l’amélioration et la fiabilisation du temps de parcours.

Le projet proposé porte sur la réalisation d’une voie nouvelle en tracé neuf, à 2x1 voie, passant par l’Ouest des agglomérations de Lesparre-en-Médoc et Gaillan-en-Médoc.

LA CONCERTATION PUBLIQUE

La phase de concertation publique préalable s’est déroulée du 19 novembre au 21 décembre 2018. Durant cette période, les citoyens ont été invités à exprimer leur avis et propositions sur le projet.

Au cours de la concertation,166 contributions écrites ont été recueillies. L'ensemble des contributions a fait l'objet d'une analyse.

Vous pouvez consulter le dossier de concertation (en 2 parties) ci-dessous.

BILAN DE LA CONCERTATION

Le bilan de la concertation établi a été présenté à la commission permanente de l’assemblée départementale du 8 avril 2019.

Ce bilan retrace le déroulement de la concertation, fait la synthèse des contributions recueillies et présente les réponses que le Département propose d'apporter.

Il sert de base à l’étude d’impact et à l’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique. Vous pouvez retrouver ce bilan dans les documents à télécharger ci-dessous.

RÉPONSES AUX CONTRIBUTIONS

Courant avril et mai 2019, chaque contributeur a reçu par mail ou voie postale, une réponse individuelle en réponse à sa contribution.

Retrouvez les réponses aux contributions faites par le Département ci-dessous.

MACAU, LUDON, PAREMPUYRE - AMÉNAGEMENT DE LA RD 209

ouvrir
fermer

La RD 209 traverse la commune de Macau.

NATURE DES TRAVAUX

Les travaux prévus consistent à déconstruire et reconstruire le Pont de la Chapelle avec une coupure totale de la RD 209 entre Macau et la RD 201E1. Une déviation sera mise en place via Ludon-Médoc.

La reconstruction du Pont de la Chapelle fait partie de la première phase de travaux à réaliser pour l’élargissement et la réfection complète de la RD 209 entre Macau et Parempuyre, afin d'améliorer la sécurité des usagers tout en respectant des contraintes environnementales.

DATE DES TRAVAUX

  • Début des travaux : avril 2020 avec une phase de réaménagement des accès pour riverains dès mi-janvier.
  • Novembre 2020 : fin de la reconstruction du Pont de la Chapelle.
  • Août-octobre 2020 : libération des emprises et préparation d’une première section de la RD209 de l’agglomération de Macau jusqu'aux ponts de Despartins (commune de Macau et Ludon-Médoc) : débroussaillage et entretien environnemental y compris le giratoire de Ludon-Médoc avec la RD 210E1 et d’une aire de co-voiturage à Ludon-Médoc.
  • Septembre et octobre 2020 : sur le plan écologique, réalisation d’une mare de compensation et déplacement de plusieurs pieds d’orchidées (pieds d’Orchis à fleurs lâches Anacamptis laxiflora, espèce protégée).
  • Juin-octobre 2021 : réalisation des travaux sur cette première section après un an d’entretien, sur préconisations environnementales, création du carrefour giratoire de Ludon, réalisation d’un parking de covoiturage.
  • Août-octobre 2021 : libération des emprises et préparation de la troisième et dernière section de la RD209 entre le nouveau giratoire de Ludon-Médoc et le carrefour giratoire des palus sur la commune de Parempuyre (débroussaillage et entretien environnemental).
  • Juin-octobre 2022 : réalisation des travaux sur cette deuxième section après un an d’entretien, sur préconisations environnementales, du giratoire de Ludon jusqu'à l’entrée du bourg de Macau.
  • Juin-octobre 2023 : réalisation des travaux de la troisième tranche de section courante, du carrefour giratoire de Ludon-Médoc au carrefour giratoire des Palus.
  • 2023-2024 : réalisation de l’élargissement du tronçon restant de la RD209.
  • Fin des travaux : 2024.

Le Département finance ces travaux à hauteur de 8 400 000 € dont 470 000 € pour la démolition et reconstruction du Pont de la Chapelle.