Aller au contenu principal

Défendons nos territoires !

Face aux menaces pesant sur les services publics du quotidien, le Président du Département de la Gironde, Jean-Luc Gleyze, appelle à une mobilisation de tous, citoyens élus et non élus, pour défendre la proximité dans la démocratie et l’action publique, l’équilibre et la complémentarité entre rural et urbain, la garantie de l’unité de nos territoires, facteurs d’équité entre nos concitoyens.

  • Le manifeste pour la défense de nos territoires

    ouvrir
    fermer

    La confiance citoyenne s’érode. Elle laisse la place à un sentiment d’abandon par un pouvoir qui, depuis Paris, se coupe des réalités. Cet éloignement s’accentuant, la colère monte sur le terrain comme dans les urnes. Elle doit être entendue.

    Pourtant, l’État reste sourd aux appels de la province. Plus grave encore, il remet aujourd’hui en cause la décentralisation en portant atteinte à l’autonomie financière des collectivités, en opposant urbain et rural par la métropolisation et en programmant à terme la disparition des collectivités de proximité. Cette prétendue simplification administrative est un piège. Derrière ce miroir aux alouettes, pointe le risque d’un éloignement démocratique et d’une recentralisation des services.

    État civil, écoles, stades et bibliothèques, espaces publics et salles des fêtes : chaque jour, les Communes assurent leur part en matière de services et équipements publics, à la campagne comme en ville.

    Collèges, routes, soutien aux personnes âgées et handicapées, insertion, très haut débit, protection de l’enfance : chaque jour, les Départements assurent leur part en matière de services et équipements publics, à la campagne comme en ville.

    Trains, cars, lycées, formation, entreprises, biodiversité : chaque jour, les Régions assurent leur part en matière de services et équipements publics à la campagne comme en ville.

    Ensemble, ces collectivités, rejointes plus récemment par les intercommunalités, interviennent sans relâche pour permettre par exemple l’accès au logement, à l’eau, à la culture, au sport tout en préservant le patrimoine et l’environnement.

    La décentralisation a modernisé et amélioré tous ces services et à travers eux le quotidien des Françaises et des Français. Aujourd’hui, Communes, Intercommunalités, Départements et Régions sont des remparts contre le démantèlement du service public.

    Nous, citoyens élus et non élus, sommes attachés à la notion de proximité !

    Cela suppose des services d’équipements publics dont la qualité et la proximité sont maintenues et consolidées, pour que chaque citoyen, où qu’il habite, puisse en bénéficier.

    Cela suppose aussi, à la ville comme à la campagne, pour les citoyens engagés, bénévoles associatifs et anonymes, qu’ils restent en capacité de faire vivre le lien social avec l’appui financier des collectivités.

    Cela suppose, à la ville comme à la campagne, une représentation démocratique incarnée, accessible, réactive et ancrée dans la réalité. C’est chaque jour l’engagement des maires, des élus municipaux, intercommunaux, des conseillers départementaux, régionaux, au service des habitants à tous les âges et à toutes les étapes de la vie.

    Notre République s’est construite en rapprochant l’action publique des réalités quotidiennes. Les valeurs d’égalité, de fraternité et de liberté sont les piliers et le ciment de notre société. Une société qui rassemble plutôt qu’elle ne divise et qui promeut la solidarité plutôt que le chacun pour soi.

    Nous, citoyens, élus et non élus, ne sommes pas des adversaires de l’État. Nous nous mobilisons aujourd’hui pour défendre une République de proximité qui garantisse l’intérêt général tout en s’adaptant aux besoins particuliers de la population.

    #DefendonsNosTerritoires

     

    JE SIGNE LA PÉTITION

  • Mobilisation du 13 octobre

    ouvrir
    fermer

    Ce sont près de 600 personnes qui ont répondu présentes à l'appel lancé le samedi 13 octobre dans le hall de l'immeuble Gironde à Bordeaux.

    Une centaine de Maires urbains et ruraux, des élus locaux de tous bords politiques, responsables associatifs et bénévoles, citoyennes et citoyens, tous, ils ont rappelé leur volonté de défendre la proximité dans la démocratie et l’action publique, l’équilibre et la complémentarité entre rural et urbain et l’unité des territoires, facteurs d’équité entre les concitoyens.

    De nombreux élus, locaux et nationaux, se sont exprimés. Ainsi se sont succédées les prise de parole de Georges Méric, président du Département de la Haute Garonne, de Chantal Gantch, vice-présidente de l’Association des Maires Ruraux de Gironde (AMRG), de Gérard César, président de l’Association des Maires de Gironde (AMG), d’Alain Anziani, vice-président de Bordeaux Métropole et Maire de Mérignac, de Jacques Breillat, conseiller départemental de la Gironde, président du groupe Gironde Avenir, de Christine Bost, première vice-présidente du Département de la Gironde, d’Alain Rousset, président de la Région Nouvelle Aquitaine, d’Alain David, député de la Gironde, et de Philippe Madrelle, Sénateur de la Gironde, qui portait la parole du Sénat et de son Président Gérard Larcher.

    Deux représentants du milieu associatif ont également témoigné de l'importance des collectivités locales pour la vie de nos territoires : Jean-Claude Lacassagne, co-président de Drop de Béton, et David le Norcy, Directeur de Synergie Avenir.

    Étaient  également présents à la tribune : Gabriel Bellocq, représentant le Département des Landes, Cécile Labarthe, représentant le Département de la Dordogne, Mathieu Hazouard, représentant la Région Nouvelle Aquitaine, Philippe Buisson, représentant la Communauté d'agglomération du Libournais, Florence Lassarade, Laurence Harribey et Nathalie Delattre, sénatrices de la Gironde et Pierre Ducout, vice-président de l'association des maires de Gironde, Clément Rossignol-Puech, maire de Bègles.