Préservation du végétal et du patrimoine arboré

L'arbre occupe une place déterminante dans la vie de l’homme et son rôle est décisif face aux enjeux environnementaux qu’il nous appartient collectivement de relever. Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) estime ouvertement qu’il faudrait planter environ un milliard d’arbres d’ici à 2050 pour juguler les effets du réchauffement climatique. Aussi, face à cette urgence et aux défis qu’il nous appartient de relever, le Département a entrepris une réflexion afin de repenser l’importance de l’arbre dans la vie de l’humain et des écosystèmes.

"L’homme moderne est malade de n’avoir plus de racines, ni dans la terre, ni dans le cosmos. L’homme moderne est malade de n’avoir plus de racines, ni dans le passé - ne sachant d’où il vient – ni dans le futur -  n’ayant plus de vision qui le porte. L’arbre, géant de l’espace et du temps, enraciné dans le ciel et dans la terre, mémoire des siècles et source de vie, ami de toujours, attend.....que l’homme s’arrête, qu’il le regarde et qu’il lui dise : « Continuons ensemble » " - Ernst Zürcher  (Extrait du livre : Les arbres entre visible et invisible)

Longtemps exclusivement ornementales, les plantations et les végétalisations sont aujourd’hui des outils au service de la reconquête de la qualité de vie (fraîcheur, qualité de l’air) et du génie écologique (refuge de biodiversité, tenue des sols, lutte contre l’érosion, le ruissellement et les espèces exotiques envahissantes).

En milieu urbain, périurbain ou rural, les plantations peuvent rendre de très nombreux services, utiles aux habitants comme aux activités humaines (amélioration de la qualité de l’air, réduction des ilots de chaleur, stockage de carbone, gestion des eaux pluviales, maintien des sols, support de biodiversité, cadre de vie et qualité paysagère …).

Appel à projet "Trames arborées"

ouvrir
fermer

En 2021, un appel à projet du Département destiné aux communes girondines dont la taille n’excède pas 10 000 habitants a été lancé pour soutenir les projets visant à créer ou renforcer la présence de l’arbre dans le tissu urbain.

Exigences

  • Utiliser des essences autochtones et éviter les essences dont on connaît aujourd’hui la fragilité vis-à-vis des maladies et des parasites
  • Favoriser la diversité des essences, même pour les arbres d’alignement, afin d’augmenter la résilience des plantations et soutenir la biodiversité locale
  • Favoriser la création d’espaces avec une épaisseur conséquente et la densité d’arbres dans ces espaces
  • Eviter les essences pouvant être allergisantes
  • Favoriser le recours à des essences peu exigeantes en termes de besoin en eau et en entretien. 
  • Mettre en œuvre une gestion des espaces favorisant la biodiversité et limitant les interventions d’entretien.

Le CEREMA (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement) est partenaire du Département dans cette opération.

8 communes lauréates : Beautiran, Cadillac, Castillon-la-Bataille, Langon, Lanton, Quinsac, Sainte-Eulalie et Virsac

pépinière départementale de Gironde

ouvrir
fermer

Face à l’urgence climatique et l’érosion de la biodiversité, le Département de la Gironde a souhaité se doter d’une pépinière départementale, outil complet depuis la sélection et la collecte des végétaux et des graines dans le milieu naturel, le tri et la conservation des graines, la mise en culture et l’élevage des plants (hors sol et pleine terre) puis la plantation et l’entretien.

Encouragées au 19e siècle pour aider au reboisement des secteurs montagneux, il ne reste aujourd’hui plus que quatre pépinières gérées par des Départements : trois en Occitanie (Aude, Aveyron et Pyrénées Orientales) et une dans le Val de Marne.

La pépinière départementale fait partie du projet de création de la Maison de l’Arbre & des Paysages (MAP) en cours de réflexion sur l’Espace Naturel Sensible d’Hostens, propriété du Département.

Des plantes sauvages d’origine locale

Avec la création d’une pépinière, le Département de la Gironde souhaite approfondir et améliorer la gestion et la fonctionnalité écologique des milieux naturels et espaces plantés dont il a la charge (bords de routes, abords des collèges), en maîtrisant les étapes de : 

  • sélection des essences locales d’intérêt écologique, 
  • prélèvement de graines dans les Espaces Naturels Sensibles départementaux, 
  • production responsable de plants adaptés aux conditions pédologiques et paysagères des différents territoires girondins,
  • mise en terre, suivi et entretien des jeunes plants.

La mise en place de la pépinière s’appuiera sur les méthodes et référentiels de la marque « Végétal local » créée par l’Office Français de la Biodiversité (OFB) afin de garantir et préserver la diversité génétique des plantations.

Outre la production en interne de végétaux sauvages d’origine locale, aujourd’hui peu disponibles sur le marché, pour les besoins propres du Département, cet outil sera également un support pédagogique et d’expérimentation.

Végétalisation des opérations départementales

ouvrir
fermer

Au regard des compétences et des champs d’intervention du Département de la Gironde, le végétal occupe une place prépondérante dans les actions menées.

Dans le Plan collège : le Département fait évoluer son patrimoine pour répondre à la croissance de la population collégienne en construisant de nouveaux collèges et en rénovant son parc, en accordant un soin particulier au traitement paysager et à la place du végétal au sein des cours et dans les aménagements extérieurs.

Dans la gestion du réseau routier départemental : avec un réseau de 6 400 km, les 6 centres routiers départementaux œuvrent au quotidien à la sécurité et l’entretien des voies et leurs abords. Le long des routes départementales on dénombre près de 6 000 arbres et les équipes travaillent à l’entretien et au confortement des alignements et la règle générale, en cas d’abattage de sécurité, est de replanter deux sujets.

Mission forêt

ouvrir
fermer

En octobre 2022, à l’occasion d’une séance plénière extraordinaire consacrée aux incendies, les élus départementaux ont voté à l’unanimité la mise en place d’une mission sur la résilience forestière girondine.

La Gironde est indissociable de sa forêt qui représente 45% du territoire. C’est également le département le plus exposé aux risques de départs d’incendie en France selon le bureau d’études ARISTOT. Ses 48 espaces naturels sensibles en font une zone à protéger. C’est pourquoi la mission forêt a été lancée en collaboration avec l’ONF (Office National des Forêts), des sylviculteurs et des associations de défense de la forêt contre les incendies.

Ses objectifs sont simples :

  • Aborder les enjeux d’adaptation du massif forestier au changement climatique ;
  • Réduire sa vulnérabilité face aux risques présents et à venir (incendies, tempêtes, sècheresse) ;
  • Repenser les forêts de demain, définir de nouveaux modes de gestion ;
  • Préserver la biodiversité ;
  • Concilier les usages.

Le 21 février 2023, une première journée autour de la résilience forestière girondine a été organisée en présence de l’ONF, l’INRAE et du CBNSA notamment. Elle donnera lieu à des expérimentations sur les forêts du Département, en s’appuyant notamment sur le projet de pépinière départementale du domaine d’Hostens.

Le 20 novembre 2023 avait lieu un temps de restitution de cette année de mission forêt résiliente. Le rapport est disponible en téléchargement ci-dessous.

En synthèse, les enjeux de la forêt de demain résultant des ateliers sont :

  • Le suivi et la compréhension de l’adaptation de la forêt aux changements climatiques ;
  • La gestion de la forêt en faveur de la biodiversité et de la prévention des risques ;
  • La séquestration de carbone dans les écosystèmes et le stockage de carbone dans la filière bois ;
  • La production locale de bois, respectueuse de la biodiversité, en circuit-court ;
  • L’équilibre des usages récréatifs, dans le respect de toutes les fonctionnalités de la forêt.

Dans la continuité des trois ateliers et à la lumière des enjeux collectivement définis, le Département de la Gironde fait le choix de poursuivre et de renforcer les moyens existants en faveur d’une forêt plus résiliente.