Aller au contenu principal

Projet de déplacements durables du Nord Bassin

Embouteillages, difficultés de circulation durant la saison touristique, itinéraires malins qui traversent les lotissements et risques d’accidents sont autant de nuisances familières pour les habitants du nord du Bassin d’Arcachon. Face à ce constat largement partagé de difficultés de déplacement, le Département de la Gironde et les collectivités locales ont cherché depuis de nombreuses années à améliorer la situation et favoriser les modes de déplacement durables :

  • Un réseau de Trains Express Régionaux (RNA*) reliant Bordeaux à Arcachon en passant par les gares de Marcheprime et de Biganos,
  • Deux lignes de cars : 601 (Bordeaux - Lège-Cap-Ferret) et 610 (Lège-Cap-Ferret - Belin-Beliet) du réseau TransGironde (RNA et Département de la Gironde*),
  • Des services de transports à la demande (COBAN)*,
  • Un réseau de pistes cyclables éloignées des routes permettant de faire le tour du Bassin d’Arcachon en bénéficiant pleinement du paysage (Département de la Gironde, COBAN et communes*),
  • Un développement croissant d’aires de covoiturages (Département de la Gironde, COBAN et DIRA*).

*Collectivités gestionnaires des services de transport :

  • Département de la Gironde,
  • RNA : Région Nouvelle Aquitaine
  • COBAN : Communauté de Communes du Bassin d'Arcachon Nord Atlantique 
  • DIRA : Direction Interdépartementale des Routes Atlantiques

La problématique de la mobilité sur les territoires situés au Nord du Bassin d’Arcachon est ancienne. Cependant, plusieurs constats témoignent de la nécessité de repenser globalement la mobilité sur le territoire des huit communes de la COBAN :

  • Les difficultés de circulation sur la voie littorale Nord du Bassin (RD3),
  • L’insécurité des déplacements associés à cette situation,
  • L’attractivité limitée des modes de déplacements alternatifs à la voiture,
  • La nécessaire préservation de l’environnement du Bassin d’Arcachon.

En 2016, le Département de la Gironde a décidé de porter à nouveau ce sujet complexe à travers une méthode de travail visant à prendre en compte les avis des acteurs du territoire et du grand public.

  • Les enjeux pour le territoire

    ouvrir
    fermer

    Dans un contexte d’attractivité forte du département de la Gironde et de croissance urbaine et démographique, les réflexions autour de l’aménagement de l’espace, des modes de déplacements et de la mobilité constituent un sujet récurrent.

    Si les collectivités locales, villes et intercommunalités portent des projets liés à la lutte contre l’étalement urbain et au développement des modes de déplacements doux, des transports collectifs et des espaces intermodaux, le Département de la Gironde, à travers ses politiques en matière de préservation de l’environnement, de mobilités et d’infrastructures routières, a un rôle d’intégrateur et d’ensemblier.

    SÉCURISER LES DÉPLACEMENTS SUR LA VOIE LITTORALE NORD DU BASSIN

    Un risque accidentogène existe sur la voie littorale Nord du Bassin (RD3), notamment dans la traversée des bourgs de Lège-Cap-Ferret, Arès, Andernos-les-Bains, Audenge, Lanton, Biganos et Mios.

    Ce risque concerne tous les modes de déplacement et plus particulièrement les modes doux (vélos, piétons, PMR, …) très vulnérables dans un trafic motorisé très important.

    D’autre part, celui-ci, très élevé sur cette voie, contraint l’intervention des secours et augmente leurs délais d’intervention en cas d’accident, de secours à la personne, d’incendie en ville ou dans le massif forestier.

    DÉVELOPPER L’ATTRACTIVITÉ DES MODES DE DÉPLACEMENTS ALTERNATIFS

    La très forte motorisation des ménages de ce territoire trouve notamment son origine dans la faible attractivité des modes de déplacements alternatifs.

    La saturation et la configuration des axes routiers ne permettent pas des transports en commun rapides et efficaces.

    La fluidification du trafic sur la voie littorale Nord du Bassin (RD3) lui redonnerait sa vocation de desserte locale et favoriserait les modes de déplacement alternatifs à proximité des centralités urbaines.

    PRÉSERVER L’ENVIRONNEMENT DU BASSIN

    La voie littorale Nord du Bassin (RD3) située à proximité des populations et de milieux naturels très sensibles leur fait subir une pollution routière certaine. La maîtrise de ces impacts constitue un enjeu important.

    Le littoral du Nord Bassin se caractérise par un zonage du patrimoine naturel extrêmement dense : Zone Humide, Parc Naturel Régional, Parc Naturel Marin, Natura 2000, ZNIEFF, Zones de protection (Espaces Naturels Sensibles, Conservatoire du littoral, directive « Oiseaux », …), trames vertes et bleues...

    Cette situation se traduit par l'existence de sites connus du public tels que le Domaine de Certes et Graveyron à Audenge ou la coulée verte de Saint-Brice - les Quinconces - le Coulin reliant la forêt et le Bassin, entre les communes d’Arès et d’Andernos-les-Bains.

    Le littoral Nord Bassin se caractérise enfin par une très forte concentration des secteurs urbanisés en bordure du bassin et de la RD3 entre les communes de Mios et Lège-Cap-Ferret.

  • Une méthode de travail concertée

    ouvrir
    fermer

    La conduite de projet, initiée par le Département, doit permettre de mieux prendre en compte les attentes des habitants, les besoins et les spécificités du territoire à travers une démarche de concertation participative.

    LA REPRISE DES ÉTUDES

    Le Département a décidé en 2016 de reprendre les études concernant la problématique de la mobilité sur les territoires du Nord Bassin, avec une nouvelle méthode de travail.

    Celle-ci, participative, présente, pour le département de la Gironde, les 3 enjeux suivants :

    • conduire les études sur la base d’une méthodologie d’études et de concertation intégrée. Cette concertation contribuera à la définition progressive des solutions en associant les services de l’État, les organismes socioprofessionnels, les collectivités locales, les associations représentatives et le public ;
    • mettre en œuvre de manière exemplaire la démarche « Éviter, Réduire, Compenser » ;
    • créer de la valeur collective. L’évaluation des retombées économiques et sociales, la mise en œuvre d’indicateurs de « rentabilité » en ces domaines, l’évaluation du bilan carbone permettront de comparer les différentes solutions et scénarii, en partenariat avec les collectivités locales, avec pour objectif de répondre efficacement aux besoins de mobilité identifiés.

    Cette approche correspond à la volonté du Département de recueillir et prendre en compte les avis des acteurs institutionnels du territoire et des citoyens.

    Pour nourrir cette démarche et instaurer un dialogue constructif, le Département a lancé de nouvelles études pour notamment intégrer la sensibilité des milieux naturels, les données socio-économiques, et les besoins en termes de déplacements. Les résultats sont attendus courant 2017.

    LES PROCHAINES ÉTAPES DE LA CONCERTATION

    La fin de l’année 2017 et le début de l'année 2018 seront consacrés à une concertation élargie auprès de différents acteurs, en deux temps :

    1. 1 - Phase préparatoire à la concertation (Automne 2017)

    Cette première phase préparatoire s’articulera autour de deux types d’ateliers :

    • Des ateliers par types d'acteur afin d’exposer la démarche de concertation qui sera mise en œuvre.
    • Des ateliers thématiques (Mobilité, préservation de l’environnement, développement économique et attractivité du territoire, forêt et sylviculture, ...) qui permettront aux acteurs de travailler et d’enrichir les scenarios étudiés.

     

    1. 2 - Concertation préalable (Début 2018)

    Cette seconde phase de concertation (Concertation préalable au sens de l’ordonnance du 3 août 2016), s’appuiera sur des réunions publiques et des ateliers géographiques afin de débattre et de mener une analyse comparative des scénarios autour des thèmes « scénarios et solutions ».

    À travers cette approche concertée du projet, le Département souhaite voir apparaître une solution conciliant les enjeux environnementaux et les besoins des habitants et acteurs du Nord Bassin d’Arcachon.