Aller au contenu principal

Pont Eiffel : une nouvelle piste cyclable

Vendredi 15 décembre 2017, la nouvelle passerelle cyclo-piétonne du Pont Eiffel était inaugurée par Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde, Anne-Laure Fabre-Nadler, vice-présidente chargée des mobilités, et Alain Renard, vice-président chargé des infrastructures.

Le projet

Au-delà de la préservation du patrimoine girondin et de la mise en sécurité de la route, le Département a souhaité inscrire ce projet dans les objectifs du développement durable et de la mobilité.

Il a ainsi créé une passerelle pour piétons et cyclistes. En effet, même s’il portait, lors de sa mise en service en 1883 le nom de « pont des piétons », le pont sur la Dordogne ne comportait que deux trottoirs de 80 cm qui ne permettaient pas un passage confortable, au ras de la circulation routière. Le nouveau cheminement, long de près de deux kilomètres, permet le franchissement de la Dordogne et constitue le premier maillon de la future connexion entre les projets européens de liaison cyclables. 

Les travaux du Pont Eiffel

Ils ont duré de mars 2016 à décembre 2017, le pont a été coupé à la circulation entre le 5 septembre et le 20 novembre 2016. Ils ont consisté en d'importants travaux de consolidation des piles et de restauration des maçonneries ont également été réalisés. 

  • Une concertation étroite a été mise en œuvre avec les communes et les riverains pour informer la population et choisir les mois de coupure. 
  • Une commission d’indemnisation a été mise en place pour examiner la situation des commerçants, artisans et agriculteurs que cette coupure a pu mettre en difficulté.
  • Des précautions particulières ont été prises pour préserver l'environnement : protection des bulbes de plantes sauvages recouverts par les pistes de chantier, installations de nichoirs à oiseaux et chauves souris sur les maçonneries. 

Le Département de la Gironde a financé la réhabilitation du pont Eiffel à hauteur de 25 millions d’euros, avec une participation de l’État de 16 millions d’euros.