Aller au contenu principal

Place au vélo : expérimentation d'une chaucidou

Pour favoriser la circulation et la sécurité à vélo, le Département met en place l'expérimentation d'un aménagement routier plus favorable aux vélos afin de rééquilibrer l’espace entre véhicules motorisés et non motorisés.

Le dispositif, déjà testé ailleurs en France, est actuellement expérimenté sur la RD 102E1 qui relie Grayan-et-l’Hôpital,  Vensac et Vendays-Montalivet, et sera envisagé à court terme sur plusieurs autres routes en Gironde.

Il se présente sous la forme d'une chaussée avec un espace central étroit sans marquage axial pour les voitures, poids lourds, motos et présente deux rives latérales pour la circulation des vélos.

Le but est d'inciter les véhicules motorisés à rouler au centre de la chaussée lorsqu'aucun véhicule ne se présente en face et à ménager un espace suffisant aux cyclistes lors de leur dépassement.

Sur la chaussée, la vitesse est réduite à 50 km/h

Comment circuler ?

Une chaussée à voie centrale banalisée est une voie unique, sans sens de priorité, avec deux espaces larges sur les côtés pour les vélos.


Dès qu’un véhicule arrive dans l’autre sens :

  • Les 2 véhicules ralentissent, se déportent légèrement sur l’accotement pour se croiser, avant de se repositionner sur la voie centrale.
  • En situation de croisement avec présence d’un vélo, la voiture se décale, attend derrière le vélo, avant de reprendre sa place sur la voie centrale.

Soyez prudents !  Roulez doucement et anticipez pour vous croiser en toute sécurité.

Une évaluation du dispositif sera conduite à l'automne afin de s'assurer de la bonne appropriation par les usagers.

 

Pourquoi ne pas avoir élargi la route pour faire une piste cyclable ?

La RD102E1 longe la côté atlantique en bordure de plage, dans un environnement de dunes grises, soumises à l'érosion et à l'avancée de l'océan. La construction d'une piste cyclable, augmentant la surface imperméabilisée, aurait conduit à une accélération du phénomène d'érosion, par l'augmentation du ruissellement et de l'effet de coupure au sein du milieu dunaire.

Le recul inexorable du trait de côte rendrait cet investissement peu pérenne, la RD102E1 pouvant d'ores et déjà être mise en péril par un événement climatique extrême.

Le Département a donc fait le choix de modifier la répartition des espaces consacrés aux automobilistes et aux cyclistes, sans engager de travaux de construction de chaussée, afin de modifier progressivement les usages sur cette route.

Il s'agit ainsi d'accompagner l'usage croissant du vélo, tout en le rendant compatible avec le trafic automobile.