L’Île aux trésors

« Une île, une île au large de l’espoir, où les hommes n’auraient pas peur » … chantait Jacques Brel. Une île aux trésors visibles et d’autres cachés, c’est l’Île Nouvelle sur l’estuaire de la Gironde.

L’Île Nouvelle, c’est un joyau que couve le Département de la Gironde, institution qui s’est investie depuis 1999 pour faire de ce site à nul autre pareil, un endroit à part, en relation avec le Conservatoire Maritime qui a acquis les lieux en 1991.

Située entre Blaye et Pauillac, cette île qui s’étire sur 6,3 km, est l’exemple en tous points réussi d’une renaturalisation. Ici, le silence est seulement interrompu par le bruit du vent, de la faune qui a trouvé son Eden, et par celui des trois personnes, agents du Département chargés la maintenance de l’île, dont Sylvain.

Sylvain est le « Saint Guide » des lieux.

« Ici, pas d’eau potable, pas de poubelles, pas de restaurants. Ici, la nature a repris ses droits. Tout a été fait à cet effet », résume-t-il en regardant le journaliste de la célèbre émission Des Racines et des Ailes, présent sur les lieux pour procéder à un repérage.

Le petit village que l’on voit en débarquant est digne d’un décor de cinéma. Une allée pavée, quelques maisons rénovées et fermées, deux grandes granges ouvertes aux quatre vents offrent un aspect fantomatique et chaleureux à fois. Si on tend l’oreille, on peut entendre encore les échos des voix au loin de ces habitants qui vivaient là dans les années 1950. Ils ont cédé la place aux hérons et aux spatules.

C’est ici enfin, que quelques 3 000 touristes par an viennent déambuler à la recherche d’émotions qui se résument en deux mots : quiétude et harmonie avec la nature.

Je découvre l'Île Nouvelle