Aller au contenu principal

Et si le service public faisait des économies ?

Le Département déplace les murs et les cloisons. Il parie sur les énergies renouvelables. Ses agents se retrouvent dans des espaces partagés. Objectif : donner l’exemple à tous les étages.

BUREAUX COLLECTIFS

Le Département vend des biens immobiliers et quitte des locaux dont il est locataire pour ne plus payer de loyers. Il installe ses équipes dans des bâtiments dont il est propriétaire. Dès janvier 2017, à Bordeaux-Mériadeck, plus de 1000 personnes ont ainsi déménagé pour rejoindre des locaux, propriété du Département. La plupart travaillent maintenant en bureaux partagés. C’est une expérience inédite avec des plateaux ouverts de 9 m². À la clé : 2 millions d’euros d’économie par an.

Immeuble Gironde Égalité

Adaptation et bien-être

Le Département s’est ainsi séparé de certains bâtiments qui ne correspondaient plus aux compétences et aux besoins définis par la collectivité. La pratique s’accélère avec des ventes ponctuelles de propriétés : le domaine de Caillavet à Mérignac, le centre Condorcet à Pessac, le CIF de Floirac… Il s’agit bien d’adapter le patrimoine des usagers aussi contribuables au réel bien-être des agents. Cette réorganisation, ces économies à court terme sont des investissements sur le long terme.

ÉNERGIES RENOUVELABLES

Le Département lutte contre le réchauffement climatique par des expérimentations et des innovations vertueuses. Ses bâtiments font le pari des énergies renouvelables. Plus de quinze sites sont équipés de panneaux solaires photovoltaïques. De plus en plus de locaux sont chauffés avec des chaudières bois : le centre routier départemental de Langon, le domaine de Certes, les collèges de Saint Symphorien, Coutras, Lesparre, Libourne, Saint-Ciers-sur-Gironde.

À Mériadeck encore, les Immeubles Gironde et Égalité mais aussi la Préfecture, occupée en partie par des équipes du Département, sont chauffés grâce au réseau de géothermie du quartier. La chaleur est prélevée directement dans la nappe d’eau chaude souterraine à 100 mètres de profondeur.

La future Maison Départementale de Solidarité et d’Insertion (MDSI) du Grand Parc sera chauffée à coût zéro grâce à un système innovant : la récupération de la chaleur des serveurs informatiques sur des « radiateurs » individuels, les Qrad. Enfin, sur plusieurs bâtiments, le Département a mis en place des systèmes de récupération d’eaux pluviales pour  alimenter les chasses d’eau des sanitaires.

Le Département est, par ailleurs, la première collectivité à mettre en place des contrats de performance énergétique (CPE). Ces contrats obligent les entreprises en charge de l’exploitation des bâtiments où sont installées les MDSI à maîtriser les dépenses énergétiques.

AU PLUS PROCHE DES TERRITOIRES

Le Département implante ses services au plus proche des lieux de vie des Girondins, en cohérence avec les services existants. C’est le cas avec ses Pôles de solidarité dans le cadre de Solidarité 2013 ou encore avec la modernisation de ses Centres routiers départementaux. Un exemple : à l’automne prochain, s’ouvrira le Pôle de solidarité de Lormont réunissant dans un lieu unique le centre communal d'action sociale mais aussi des services départementaux. Puis en 2018, la MDSI de Castillon-la-Bataille ouvrira une maison de services avec antenne sociale et associations diverses.

Enfin le Département travaille à la mutualisation des équipements sportifs. En accord avec les communes ou communautés de communes, quand ces équipements sont utilisés neuf mois par an et sur les heures des collèges, ils pourront rendre de précieux services hors temps scolaire…

 

 

CÉCILE SAINT-MARC, vice présidente chargée du Patrimoine Départemental :
« Un patrimoine est intelligent quand il s’adapte au mode de vie des usagers et au travail des agents. Il est intelligent quand il parie sur la maîtrise de l’énergie grâce aux initiatives collectives et individuelles. Il est intelligent quand on associe service public de qualité et souci des deniers du contribuable ».