Aller au contenu principal

Documentaire "Pièces à conviction" sur les enfants placés

Ce mercredi 16 janvier, France 3 a diffusé un documentaire citant l'action de notre collectivité parmi celles d'autres Départements. Sous le titre «Enfants placés : les sacrifiés de la République», ce reportage entend dénoncer un ensemble de pratiques en matière de Protection de l'Enfance.

Une des missions les plus délicates confiées aux Départements

Le Département de la Gironde connaît l'extrême difficulté de cette mission, notamment du fait du principe «d'inconditionnalité» : tous les enfants et les jeunes en danger doivent pouvoir être accueillis sans condition, quelles que soient les situations d'urgence traversées, quels que soient les traumatismes nés de leur parcours de vie, quels que soient leurs comportements.

Ces jeunes sont accueillis. Ils sont accompagnés au mieux. Lors du vote du dernier budget primitif, les élus de notre collectivité ont décidé de consacrer 18 millions d'€ supplémentaires à cette cause, portant le total de l'engagement à 236 millions d'€ annuels. La Protection de l'Enfance est une des grandes priorités départementales.

Parallèlement, les équipes du Département assurent un travail qui force le respect quand on voit l'implication quotidienne pour – encore et toujours, sans relâche – faire face à des situations relevant parfois de l'insoutenable.

En première ligne

Le reportage de France 3 rend parfaitement compte de ce contexte douloureux – certains des jeunes ont coché en cascade toutes les cases d'une enfance broyée – mais il ne dit pas la pluralité d'actions menées au quotidien pour apporter des solutions individualisées, pesées au plus juste, nourries de tout le professionnalisme des équipes.

Victimes devenues facteurs de violence à leur tour, certains jeunes nécessiteraient des soins – pédopsychiatriques, notamment – auxquels ils n'ont pas toujours accès, faute de places dans les structures dépendant de l'Etat. L'Aide Sociale à l'Enfance est en première ligne pour faire face à ce précipité de tous les maux de notre société. C'est dans ce cadre qu'elle agit au quotidien et dans la durée, multipliant les initiatives.

Depuis ce reportage, notre collectivité a entièrement revu toutes les procédures permettant de contrôler et sécuriser les recrutements d'agents en contact avec les enfants, dans ce secteur qui connaît une réelle pénurie de candidats acceptant de travailler sur de telles missions.

Que sont devenues les personnes figurant sur ces images ?

Le procureur a été saisi pour suites éventuelles à donner au vu des images. Des mesures ont été prises auprès des professionnels concernés pour qu'ils n'interviennent plus au Centre Départemental de l'Enfance et de la Famille.

Dans le sillon du nouveau Schéma départemental

Au-delà, notre collectivité poursuit son travail de fond pour mettre en œuvre le nouveau Schéma départemental de la protection de l'enfance voté le 8 octobre dernier. Cette action s'inscrit dans une approche globale impliquant l'ensemble des acteurs concernés par la protection de l'enfance. C'est le sens de la convention qui se met en place autour du Département et qui implique notamment l'Agence Régionale de Santé et la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

À plus court terme, le Département continue d'augmenter ses capacités d'accueil en développant des lieux de vie permettant d'accueillir en petit nombre des jeunes plus difficiles au sein de petites maisons. C'est le cas du Pavillon des six papillons, ouvert en avril 2017, qui a vocation à recevoir les jeunes souffrant de troubles du comportement et de La Palmeraie, à Blanquefort, inaugurée le 12 décembre dernier. Une nouvelle structure de ce type ouvrira ses portes à Mérignac courant janvier.