Aller au contenu principal

Département : l'indispensable lien solidaire

À l’heure où la crise sanitaire affecte la Gironde comme l’ensemble de l’Hexagone, contraignant à observer un strict confinement, le Département maintient ses missions sociales primordiales. C’est le cas de la protection maternelle et infantile mais aussi de la planification familiale. Les équipes restent mobilisées pour répondre et apaiser les inquiétudes.

La protection maternelle et infantile (PMI) tout comme la planification familiale sont au cœur des politiques de solidarité du Département, connues et reconnues d’un large public. Dans le contexte actuel qu’impose l’épidémie Covid-19, les activités qui sont liées à ces missions de service public ne sauraient être mises entre parenthèses. Au contraire, l’accès aux soins pour les familles vulnérables en période périnatale, mais également pour les jeunes filles et femmes qui ont besoin de la planification familiale, doit être maintenu. Parents en difficulté médico-sociale ou psychologique, mineures et jeunes majeures, non assurées sociales, chacun, chacune doit pouvoir compter sur cet indispensable lien solidaire.

Docteur des tout-petits

Pour rappel, les familles ont recours au centre de PMI dans les premiers jours ou mois de vie de leur enfant. Des consultations médicales (avec vaccinations si nécessaires), de puériculture et des entretiens avec des psychologues sont ainsi gratuitement proposés aux jeunes parents.

Dans la difficile période actuelle, les médecins, puéricultrices et psychologues de PMI poursuivent leurs missions pour éviter un afflux de recours vers la médecine libérale déjà très sollicitée par de nombreux patients inquiets, infectés ou non par le coronavirus.

Si les consultations jugées non indispensables peuvent être reportées, celles essentielles des premiers mois de vie après la naissance pour l’accompagnement des parents et de leur bébé et celles avec des vaccinations ne sauraient attendre.

Femmes enceintes et planification

Le Département veille à maintenir grâce aux sages-femmes les consultations médicales de suivi de grossesse ainsi qu’au cas par cas, des visites à domicile auprès des femmes enceintes.

Les centres de planification et d’éducation familiale, eux, accueillant habituellement du public jeune et parfois en petits groupes, doivent faire évoluer leur mode de fonctionnement. Les consultations qui ne sont plus assurées par les centres hospitaliers conventionnés, continuent à l’être par les centres de planification dans la métropole comme sur les territoires ruraux.

Sur rendez-vous, des conseillères conjugales, des infirmières, des sages-femmes ou des médecins réalisent des consultations médicales de planification familiale, qu’elles soient liées à la contraception, aux infections sexuellement transmissibles (IST) et à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Les réalisations des IVG médicamenteuses dans les centres qui les pratiquent sont poursuivies mais les entretiens de conseils conjugal et familial se font au téléphone avec possibilité d’utiliser la vidéoconférence.

Information et dépistage, c’est ouvert !

Le centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) du VIH, des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles, reste ouvert, les lundi, mercredi et vendredi, de 10h à 15h, mais sont accueillies sur rendez-vous exclusivement les personnes ayant des symptômes et des prises de risques avérés.

En outre, le Centre de Lutte Antituberculeuse offre à la disposition des Girondines et Girondins une astreinte téléphonique de 9h à 17h et des consultations sur rendez-vous.

 

Le Département reste donc plus que jamais solidaire des plus fragiles, des plus vulnérables en invitant chacune, chacun qui pourrait être accueilli à respecter les gestes barrières contre le coronavirus : l’hygiène avec des mains lavées et désinfectées aussi souvent que possible, l’espace d’un mètre entre chaque personne présente, calme et écoute des personnels de santé mobilisés qui sont là pour le bien de toutes et tous.

Toutes les informations pratiques