S'adapter au changement climatique en Gironde

Le changement climatique est en marche, et déjà nous en percevons les premiers effets en Gironde. Notre région est l'une des plus exposée aux variations du climat : en 2100, il y fera plus chaud, il y aura plus de fortes pluies, plus de périodes de sécheresse notamment. Quels seront les impacts pour notre territoire et nos vies quotidiennes ? C'est la question à laquelle tente de répondre cette étude, qui propose un zoom de 3 pages sur chacun des territoires de solidarité.

Photo Nrj

 

Le changement climatique : atténuer et s'adapter !

 

Le changement climatique est devenu une préoccupation pour tous, et pour mieux en comprendre les enjeux, la diffusion de la connaisance est une clé.

En s’appuyant sur la démarche menée par la Région Aquitaine, le Département a mené une étude visant à territorialiser les effets du changement climatique (comment le climat va changer), à identifier les vulnérabilités (sensibilité du territoire à ces changements) et à définir les impacts à prendre en compte dés aujourd’hui pour s’adapter (quelles pistes pour la gestion des territoires, des ressources et le bien être humain).

 

 

Des cahiers à l'échelle des territoires

 

Présentation1

À Libourne, à Lacanau, à Bassens ou encore à Belin-Beliet, les impacts du changement climatique seront différents sur les milieux naturels, les hommes et leurs activités. C'est pourquoi le Département propose un zoom sur chacun de ces territoires.

Des cahiers territoriaux sont disponibles à l’échelle des Territoires de Solidarité : Médoc, Haute Gironde, Libournais, Métropole bordelaise, Sud Gironde et Bassin d’Arcachon.

 

 

 

 

 

 

En bref : le climat de la Gironde en 2100 et ses impacts

 

Vignette-bien-etre

Les effets du changement climatique sont connus : accroissement du nombre de jours de canicule, aggravation des sécheresses, augmentation des épisodes de fortes pluies, remontée du biseau salé, hausse du niveau marin, avec des niveaux de certitude variables.

 

Ainsi, les vulnérabilités des territoires peuvent être prises en compte dans l’élaboration des Schémas de COhérence Territoriale, en intégrant la hausse de risques déjà connus tels que les inondations ou les affaissements de terrain avec les fortes pluies, le retrait-gonflement des argiles dans l’est du département et la réduction de la disponibilité des ressources en eau avec l’aggravation des sécheresses, ou encore le confort de vie dans les bâtiments et dans l’espace public avec l’aggravation des canicules…

En matière de gestion des espaces naturels, agricoles ou forestiers, il conviendra de prendre en compte l’impact des fortes chaleurs, des sécheresses et des fortes pluies, et des conséquences transverses comme le risque des feux de forêt, l’évolution de l’aire de répartition des espèces, l’apparition de nouvelles maladies végétales ou de vecteurs infectieux ou encore la hausse du risque d’allergie aux pollens.

 

Pour en savoir plus

 

 

Partager cette page :  Partager sur Facebook  Partager sur Twitter Version imprimable