20 juin 2013

5ème carte blanche : "Que nous dit le non recours au RSA? "

Ces cartes blanches, ainsi que les petits-déjeuners de travail organisés chaque mois sur des thématiques différentes, réunissent les acteurs de l’insertion en Gironde : associations, services sociaux, etc...
Les petits-déjeuners rassemblent une vingtaine de personnes pour aborder clairement une problématique dans ce domaine.

Les cartes blanches sont l’occasion d’inviter un chercheur, un intellectuel dont les travaux abordent les questions d’insertion. Chaque carte blanche est organisée en deux temps : une présentation par la personnalité suivie d’un débat avec la salle.
Les trois premières cartes blanches organisées en mars, mai et juin, ont été l’occasion de mener une reflexion sur le RSA et le retour à l’emploi : les illusions, désillusions et réalisations des politiques d’insertion, l’insertion à travers les projets de territoires ou d’habitants...

La 5ème carte blanche recevra Nadia Okbani, doctorante au Centre Emile Durkheim, Chargée d’études et de recherches à la CAF de la Gironde et Clara Deville, étudiante en Master de sociologie et assistante sociale à la Mutualité Sociale Agricole (MSA).

Nadia Okbani finalise actuellement une étude confiée par le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé à la CAF de la Gironde. Elle parlera notamment des difficultés des personnes à accéder à leurs droits et des raisons liées à cet état. Sentiment d’exclusion, stigmatisation liée au Revenu de Solidarité Active (RSA), méconnaissance du dispositif et complexité bureaucratique, effet limité du RSA sur la réduction de la pauvreté sont en partie les raisons qui expliquent les non recours à cette allocation.

Le Revenu de Solidarité Active (RSA) est l’allocation qui a le plus fort taux de non recours.
En France, 36 % des allocataires potentiels du RSA (RSA socle, ex-RMI) et 68 % de ceux du RSA activité (complément de revenu versé aux travailleurs pauvres) ne demandent pas à en bénéficier, selon le dernier rapport du comité d’évaluation du RSA, soit 1,7 million de non-recours au RSA *.

Le Conseil général de la Gironde, plus que jamais investi dans la solidarité, se mobilise pour contribuer à faire progresser la réflexion sur l’amélioration du dispositif, sur les nouveaux modes de gouvernance à envisager, les finalités du processus d’insertion et une meilleure prise en considération des personnes.

Organisées en amont des Assises de l’Insertion qui se dérouleront début juillet, plusieurs expériences novatrices ont été menées par le Département tout au long des années 2012 et 2013 afin de mieux comprendre et de mieux lutter contre la précarité :

• Les « Cartes blanches » présentent des conférences-débats avec des chercheurs, des universitaires, des intellectuels, spécialistes des questions d’insertion ;

• Les « Petits déjeuners » reposent sur l’anonymat et la liberté de parole et permettent aux participants de s’exprimer en confiance sur une problématique précise ;

• Un « Colloque inversé » , forum participatif et innovant favorise la prise de parole collective des bénéficiaires ainsi que l’émission de suggestions et de solutions face à une réalité violente.

Le Conseil général de la Gironde organise Les Assises de l’Insertion « Le RSA : outil d’inclusion, ou assistanat à la pauvreté » les lundi 8 et mardi 9 juillet 2013 au Rocher Palmer à Cenon.

François Chérèque, Inspecteur Général des affaires sociales, chargé du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale clôturera la manifestation. Le Programme Départemental 2014-2020 sera élaboré à l’issue du travail initié par les Assises de l’Insertion.

Partager cette page :  Partager sur Facebook  Partager sur Twitter Version imprimable
Aucun commentaire
*
Effacer
*
Effacer
*
Effacer
Effacer
Effacer
Entrer 6 lettres majuscules
Captcha